Foto: diversi

Elie Fayad - Liban

 

L'année dernière, à la fin de mes études, j'ai dû choisir un thème pour ma thèse. J'avais de nombreuses options devant moi et j'ai choisi un projet dans lequel je devais développer un prototype d'arme militaire. Il a fallu créer, avec une équipe de 3 personnes, un engin à deux possibilités - manuel et automatique - qui détecterait la présence d'un homme, le suivrait et enverrait ses coordonnées GPS au quartier général en direct.

Au début, je ne comprenais pas vraiment ce que je faisais, j'étais juste heureux d'apprendre de nouvelles technologies et d’approfondir des sujets intéressants. Au cours de l'année, après avoir parlé avec quelques personnes, j'ai commencé à me réveiller de mon rêve. J'ai commencé à réaliser que je construisais en fait quelque chose qui blesserait les personnes au lieu de les aider. À partir de ce moment, j'ai réalisé que l'informatique est un domaine très intéressant mais en même temps dangereux s'il est mal utilisé.

Des sentiments de culpabilité et de malaise naissaient en moi et augmentaient de plus en plus. J'ai essayé de rester calme mais, à un certain moment, en parlant avec mon équipe, j'ai découvert qu'ils avaient les mêmes préoccupations. Depuis lors, nous avons commencé à chercher un autre objectif (non militaire) pour notre nouvelle création. À la fin de l'année, nous avons réussi à terminer le nouveau projet avec les meilleures notes. C'était pour moi une joie mais aussi une douleur parce que je voyais que les jeunes étaient invités à suivre ces projets militaires et à s'engager sur des voies qui ne sont pas positives pour l'humain. J'ai compris que je possédais des compétences et des instruments qui peuvent apporter un changement radical dans ce monde blessé.

C'est aussi pour cette raison que j'ai décidé de participer à l'école Gen de Montet, pour comprendre, à travers les expériences des personnes à mes côtés, comment Dieu peut me guider et me laisser choisir le bon chemin dans ce voyage de nouvelles découvertes. Un soir, lors d'un souper, j'ai raconté brièvement cette expérience. Finalement, quelqu'un m'a dit : "Tu sais, pour vaincre l'ennemi, il faut d'abord le connaître. Maintenant, tu le connais et tu as les outils pour le vaincre".

Ces paroles m'ont marqué, et beaucoup de nouvelles questions se sont posées à moi. J'ai commencé à aller à la chapelle et à demander à Dieu de m'éclairer. Un jour, en priant, j'ai senti quelque chose de très fort dans mon âme. A partir de ce moment, j'ai eu le désir d'approfondir mes connaissances en robotique, en intelligence artificielle et sur l'Internet des objets. Ces domaines évoluent rapidement et peut-être sans la réflexion nécessaire sur les conséquences de cette évolution. Je voudrais contribuer à les approfondir, non pas pour arrêter cette évolution, mais pour évaluer leur impact positif sur l'humanité.