UN ÉVANGILE LUMINEUX

Les 15 et 16 octobre, ce sont les portes ouvertes à la Mariapolis Foco de Montet : deux jours pour remercier pour ces 40 années. Des amis de toute la Suisse et d'ailleurs ont enrichi les différents moments, retraçant une histoire qui embrasse le monde entier. Une joie profonde a caractérisé les heures passées ensemble : la réalité d'être une grande famille. Une famille unie par la même vitalité qui, au fil des jours, chemine ensemble dans les inévitables difficultés inhérentes à la vie commune, mais forte de l'amour mutuel. Un « Évangile lumineux », a écrit quelqu'un dans le livre d'or, un évangile qui, s'il est vécu, sait répondre aux besoins de l'homme et de la femme d'aujourd'hui.

                     

Un parcours, parmi les différents endroits et programmes, a permis de partager quelques aspects de la vie de la Mariapolis qui a impliqué de nombreux jeunes et moins jeunes, de différentes latitudes durant ces 40 ans.

Voici un bref excursus pour retracer le parcours :

40 ANS D'HISTOIRE : on parle des constructions. De grands panneaux montrent les modifications des bâtiments et des maisons, sans oublier le travail avec les activités économiques et les témoignages des travailleurs. 

ENGAGEMENT SOCIAL : On voyage du rêve à la réalité, d'une maison au monde entier, des graines de la fraternité à un réseau mondial, en découvrant ensemble l'histoire de quelques-unes des 3700 personnes de 118 pays qui ont vécu à la Mariapolis au cours de ces 40 années. Aujourd'hui, beaucoup sont en première ligne dans l'économie, la politique et l'art. Toutes ces personnes impliquées, dans les différentes sphères de la vie quotidienne, soutiennent les processus de transformation personnelle, familiale et sociale.

LES RACINES DE NOTRE HISTOIRE : Quels sont les fondements spirituels de la Mariapolis Foco ? Théâtre, musique et projections ont présenté la naissance et le développement du mouvement des Focolari et des Cités-pilote, lieux permanents de témoignage de la spiritualité de l'unité. Un charisme, celui de Chiara Lubich, qui s'est profondément enraciné et qui continue à générer une nouvelle vie.

ENFANTS : Tous les enfants (de 3 à 9 ans) ont été invités à découvrir la Paix. Une excursion dans un « train » qu’ils pilotaient leur a fait rencontrer des personnes de différents pays avec leurs costumes typiques ; le jeu a encouragé la transmission du message écologique.

DÉ DE LA PAIX : Pour marquer ce 40e anniversaire, le dé de la paix[1] a été installé dans le jardin central : chants, sketches et danses ont servi de toile de fond à son inauguration. Ce signe de Paix invite désormais ceux qui l'observent, à être un acteur de paix toujours et partout.

Les témoignages internationaux dans les différents panels, en présence ou au moyen de films, ont offert les fruits de l'amour évangélique qui s'est incarné dans les situations des différents peuples. En voici un bref résumé.

Renzo, italien, a atterri à Manaus, au Brésil après l'école de formation des Focolarini[2]  à Montet.  Touché par l'extrême pauvreté, il s'est engagé, avec d'autres, dans la « Pastoral do Povo de Rua»[3]. Tous les dimanches soir sur la place de la cathédrale, dans le centre historique de la ville, un de ces endroits très fréquentés le jour et la nuit, sinistres et dangereux, pour aider à la courte célébration de la Parole et ensuite donner un repas aux sans-abri, en restant avec eux pour les écouter.

 

Hung, originaire de Chine, est artiste. Il crée des sculptures en fer. « C'est une aventure qui a commencé ici, à Montet, en 1989. Encouragé par un ami forgeron d'origine polonaise, j'ai commencé à manipuler des outils métallurgiques. C'est ici, dans ce même espace, que j'ai installé mon premier atelier. Depuis lors - je suis installé en Italie – où je réalise des sculptures à dominante humaine qui célèbrent la vie et les peuples en chemin. Des tiges ou des feuilles de fer sont soudées à l'aide de la flamme oxyacétylénique émise par le chalumeau. Goutte après goutte. Il faut beaucoup de patience, de persévérance et, après mille échecs... le courage de recommencer ».[4]  C'est Hung qui a entièrement réalisé le mobilier de la chapelle du Centre de Montet, il y a quelques années. 

Après l'école Gen[5] de 2004, Valter Muniz, originaire du Brésil, vit en Suisse. « Cette année-là a laissé une trace profonde dans ma vie. J'ai pu expérimenter l'étincelle d'un monde uni dans mes relations. » Aujourd'hui, il travaille dans l'équipe de communication du Conseil œcuménique des Églises à Genève : « ... et là, je peux chaque jour non seulement apporter ma contribution personnelle à l'unité des chrétiens, mais aussi témoigner par ma vie de l'amour qui nous rend frères et peut guérir les blessures qui nous divisent. »                                 

André Heeren, résident à la Mariapolis, présente le projet EPIC (Enabling positive intrafamily communication). « Il s'agit d'un projet financé par la Communauté européenne (par le biais du programme Erasmus+) auquel participent les ONG de New Humanity et le mouvement des Focolari en Allemagne, en Autriche, en Slovénie et en Slovaquie, ainsi que le mouvement des Focolari en Suisse. Objectif : apprendre à utiliser les différents outils présentés pour prévenir, réduire ou résoudre les conflits dans les familles et les petits groupes sociaux ».

Reydibel, originaire du Venezuela et actuellement à Budapest, se souvient de l'unité qu'elle a vécue - pendant son année de formation à Montet - avec son Église Apostolique évangélique d'Avenches : un enrichissement mutuel, une réalité profonde de communion qui se poursuit dans ses relations avec la Mariapolis Foco.            

Mitti, une Italienne au Japon, a conçu un projet pour répondre à la soif des jeunes générations de relations authentiques qui dissolvent la solitude dans laquelle tant de personnes sont plongées. La première expérience avec 20 jeunes de tout le pays a été très positive et a ouvert une nouvelle piste.

Cet « Évangile lumineux » continue de s'incarner aujourd'hui dans de nombreuses réalités humaines, concrétisant l'engagement pour un monde plus solidaire.

La présence du Syndic de Les Montets, M. Cédric Péclard, et du pasteur Martin Robra (ancien directeur du Conseil œcuménique des Églises), a enrichi ce moment officiel, témoignant d'une synergie dans le travail en commun pour le bien de toute l'humanité.

Plusieurs messages de participation sont arrivés. Parmi eux, celui du Nonce apostolique à Berne, Mgr Martin Krebs, qui a conclu : « Que le Seigneur vous bénisse et accorde au Centre de Montet de nombreuses années supplémentaires de travail fructueux pour l'unité de l'Église. »

Margaret Karram, la Présidente du mouvement des Focolari, ne pouvant être présente, a écrit : « ...Je suis avec vous pour louer Dieu pour les dons qu'il nous a faits. ... Une pensée particulière dans cette célébration va certainement à Chiara, Foco, Don Foresi [6].... Et comment ne pas se souvenir de Palmira Frizzera  [7] , pionnière infatigable, qui certainement maintenant, du haut du ciel, contemple dans sa splendeur le projet sur l'Œuvre de Marie et en particulier sur cette Cité, qu'elle aimait tant. Ce sont des tasseaux uniques qui ont apporté une contribution irremplaçable à la composition de cette mosaïque, fruit du don et de la fidélité à la vie et à l'esprit que l'on souhaite offrir au monde qui nous entoure. Oui, parce qu'un endroit où la fraternité est la loi est un signe d'espoir pour tant de personnes. »                        

Les deux journées se sont terminées le samedi par une prière œcuménique menée par le Pasteur Stéphane Baehler de l'Eglise Apostolique évangélique d'Avenches, la Pasteure Marion Moser de la Paroisse Réformée d'Estavayer-le-Lac et l'abbé Jean Louis Hote, prêtre catholique. La fraternité effective est tangible et la gratitude envers un Père unique est exprimée dans la prière finale.

Et nous pourrions continuer... mais certains discours seront bientôt publiés sur le site Youtube de la Mariapolis Foco.

Le 40e a été célébré. Deux jours pour tous les participants de se souvenir, remercier et vivre la réalité vitale de la Mariapolis Foco. Nous découvrirons maintenant ensemble l’avenir qui s’ouvre.

                  

                  

 



[5] École de 10 mois pour les jeunes engagés à vivre la Spiritualité de l’Unité

[6] Foco-Igino Giordani (1894-1980) et Pasquale Foresi (1929-2014) sont co-fondateurs du Mouvement des Focolari

[7] Palmira Frizzera (1927-2022)