• chercher
Photo: Archivio CRF

Les racines

 

Cette aventure a débuté en 1981, lorsque  Chiara Lubich,  la fondatrice des Focolari, a été inspirée par Dieu, pour faire de ce lieu, un Centre de Formation qui s’engage dans la diffusion d’un style de vie à l’enseigne de la fraternité universelle de la famille humaine par le dialogue intergénérationnel, œcuménique, interreligieux et interculturel.

Née à Trente en Italie, le 22 janvier 1920, Chiara Lubich fait partie d’une famille très unie de quatre enfants. Son père, imprimeur, aux idées sociales avancées, perdra son travail avec l’arrivée du fascisme. Chiara, pourtant passionnée par ses études, devra, pour aider la famille à vivre, enseigner comme institutrice dans un village de montagne. Membre de l’Action Catholique et du tiers ordre franciscain, elle est en contact avec beaucoup de jeunes. Elle donne à ces jeunes filles un dynamisme nouveau :  Dieu nous aime… . leur répète-t-elle inlassablement dans cette période de guerre et de haine. L’Eglise catholique était à l’époque encore loin des ouvertures promues par le Concile Vatican II et pourtant l’esprit qui animait ce groupe de jeunes filles en avait déjà tous les accents : fraternité universelle, dialogue à 360 degrés, promotion du laïcat et de la femme, solidarité avec les plus pauvres, contestation évangélique de bien des idées reçues. De cette petite semence est née un grand arbre qui a d’ailleurs fleuri et porté du fruit bien au-delà des frontières de la catholicité car ce mouvement évangélique s’est diffusé dans toutes les grandes Eglises et même dans d’autres religions.

Dans les années '50, Max Frisch et deux  architectes suisses publièrent « Attention: la Suisse », un livre qui marqua ces années turbulentes. Ils avaient « rêvé » d’une ville nouvelle composé de personnes animées d’un idéal qui ait la capacité de donner de l’espoir, de croire en des valeurs qui puissent élever l’âme humaine. Ils avaient rêvé de cette ville justement dans la « région des 3 lacs »  (Morat-Bienne-Neuchâtel).

Quelle relation pourrait exister entre le « rêve » des années ’50 et la Cité-pilote qui est née à Montet ? L’expérience vécue ces années depuis sa naissance, au milieu de nombreuses difficultés, témoigne que l’idéal de la fraternité universelle qui l’anime a été capable d’unifier l’idée à la réalité, comme l’ont témoigné les dizaines de milliers de personnes qui ont eu durant ces années la possibilité d’y vivre pour une longue période ou pour seulement quelques heures. 

Histoire de Montet from Centre des Focolari - Montet on Vimeo.